Back

 

 

Acquarelli - Grafica

 

 

Les Magiciennes, 1956, 32x42 cm

 

Equinoxe, 1993 Castore e Polluce, 1971, 170x175 cm

LES MAGICIENNES

C'était toujours quand on les attendait le moins qu'elles revenaient demeurer avec nous.
Le jour, elles s'annonçaient par la douleur d'une côte, par des pieds froids et par les galops du coeur.
Dans la nuit, des lueurs vagabondes nous faisaient entrevoir la forme de leurs voiles d'ombre, l'austère autorité de leur groupe pensif.
On savait alors, par expérience, à quoi s'en tenir.
Elles demandaient de passer de chez nous sur une autre rive et auraient campé dans notre compagnie jusqu'à l'arrivée d'un bac. Encore fallait-il trouver la voie d'eau, souvent encore invisible, l'embarcation maniable pour nos modestes forces et l'endroit propice où le courant ne risquerait pas de nous entraîner vers les rapides.
Autrefois, elles amenaient un chien, parfois même deux ou trois: "les chiens de la lune", comme nous les avions nommés.
Aujourd'hui elles reviennent sans leurs bêtes. Ont-elles vieilli ?
Ont-elles besoin de solitude et de recueillement?
Ou savent-elles qu'elles n'ont pas à se défendre, car nous avons enfin appris à ne plus les craindre et à les chérir.

 

Anne De Montet

 

 

Tratto da Italo Valenti Les magiciennes,
a cura di Sergio Grandini,
Edizioni Giulio Topi, 1983

 

Luna o Caos, 1964, 203x248 cm

 

La maga IV , 1975, 205x128 cm

 

Il traghetto

 

 

 

 

 

Milano,I7 febbraio I974

 

 

Caro Italo,

quando si è aperta la tua mostra,ero in Francia,al Cap Ferrat, per lavorare in pace;oggi vi torno.Ma ho visto la mostra nel mio breve passaggio per Milano.

Mi è piaciuta molto.Vi è una straordinaria finezza.E anche nel non figurativo il tuo temperamento di fantastico tranquillo,di "favoloso",rimane inalterato:la stessa dolcezza dei quadri giovanili,con tanto più esperienza.

Tra l'altro,mi ha colpito l'accorgermi che anche tu sei un "lunare" Io sono sempre stato un feticista della luna e basta che compaia in un quadro (la battaglia tra Alessandro Magno e Dario dell'Altdorfer a Monaco,il ritratto del Lotto a Bergamo) perché il quadro mi piaccia il doppio.Tu qui hai lune bellissime,specialmente quella con prateria(e quel verde e quel violetto).

Ti spedirò questa lettera dalla Francia,perché ho messo via il tuo indirizzo.Ti saluto affettuosamente con tua moglie,anche da parte della mia.

 

Piovene

Sarò di ritorno a Milano il 5-6 marzo.

 

 

Tratto da Italo Valenti Le lune, a cura di Sergio Grandini,
Edizioni Giulio Topi, 1983

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Top